La fouille de Mauguio

La fouille archéologique de Mauguio

Dans le cadre de l’aménagement de la future ligne à grande vitesse du CNM, l’État (Drac Languedoc-Roussillon) a prescrit une fouille préventive afin d’étudier les vestiges du site de Lallemand, à Mauguio. Depuis le début du mois d’octobre, une équipe d’archéologues de l’Inrap met ainsi au jour les abords immédiats d’un hameau du haut Moyen Âge (environ 500 à 900 de notre ère).
 

Si la zone étudiée, de plus de deux hectares, ne révèle par le hameau lui-même, situé hors de la surface concernée par les aménagements de la ligne ferroviaire, elle permet de lever le voile sur les pratiques agricoles et la vie de paysans qui pendant quatre siècles ont su mettre en valeur les riches terres de la plaine melgorienne.
 

Une aire de stockage agricole

La fouille du site de Lallemand permet d’étudier un très vaste quartier de stockage des céréales, implanté aux abords orientaux d’un hameau. Cet espace de près de 10 000 m² est divisé en secteurs, limités par des fossés, qui regroupent au total près de 550 silos. Il s’agit de fosses creusées en terre pour accueillir les récoltes céréalières, ainsi conservées à l’abri de l’air et de la plupart des nuisibles, une pratique connue depuis le Néolithique. 
Certains silos ont servi de dépotoirs après usage et livrent des éléments de mobilier (de la vaisselle en terre cuite surtout) qui constituent de précieux indices de datation : ils indiquent ici une utilisation de l’aire d’ensilage du VIe au IXe siècle de notre ère.

 

Des fossés et tombes qui jalonnent le paysage

Trois ensembles sépulcraux distincts se dégagent sur la fouille, tous associés aux limites fossoyées de parcelles agricoles vouées à la pâture, aux cultures ou à l’ensilage. Le premier (au nord) est constitué d’une rangée de 25 inhumations, certaines antérieures, d’autres postérieures au fossé bordier d’un chemin. 200 mètres plus au sud, six autres inhumations ont été fouillées.
 

Le hameau, cadre de vie de la communauté pendant le haut Moyen Age

Cinq puits, deux caves et une bergerie sont, dans la superficie fouillée, les seuls témoins observables d’un habitat qui s’étend vers l’ouest, au-delà de la RD112. Pendant le haut Moyen Âge, le cadre de vie de la communauté est le hameau. Ces habitats agglomérés regroupent les infrastructures domestiques et économiques. Cette économie reste principalement agricole dans la région, mais aussi artisanale. Contrairement aux villages languedociens d’aujourd’hui, le hameau n’est pas encore concentré à l’intérieur d’un rempart, mais installé sur un espace ouvert assez vaste qui accueille aussi des cours, des enclos — les fossés sont omniprésents à Lallemand —, des jardins, des voies de circulations et des aménagements manifestement communautaires, tels les quartiers dévolus à l’ensilage.

 

De nombreux visiteurs pour la journée portes-ouvertes

Dimanche 8 décembre, les chercheurs ont accueilli plus de 540 personnes pour des visites guidées du site. Les plus jeunes ont également pu s’initier à l’archéologie avec des ateliers.

 

 

Galerie photo

  • La fouille archéologique Lallemand à Mauguio
  • La fouille archéologique Lallemand à Mauguio
  • La fouille archéologique Lallemand à Mauguio
  • La fouille archéologique Lallemand à Mauguio
  • La fouille archéologique Lallemand à Mauguio
  • Journée portes-ouvertes à Mauguio
  • Journée portes-ouvertes à Mauguio
  • Journée portes-ouvertes à Mauguio
  • Journée portes-ouvertes à Mauguio
  • Journée portes-ouvertes à Mauguio
  • Journée portes-ouvertes à Mauguio