Les fouilles archéologiques

fouilles archéologiques Inrap

Depuis 2001, date de la loi sur l’archéologie préventive, l’intervention des archéologues constitue une étape obligatoire et préalable au démarrage de tous les chantiers d’aménagement susceptibles de détruire des vestiges du passé. Cette législation, qui s’applique quel que soit le maître d’ouvrage, a pour but de préserver le patrimoine archéologique : il s’agit de « sauvegarder par l’étude » les archives du sol.


 

Des diagnostics archéologiques pour définir les sites de fouilles

travaux Lorsqu'un permis de construire est déposé, l’Etat (par la voie de la Direction Régionale des Affaires Culturelles, DRAC) peut prescrire un diagnostic archéologique. Le potentiel archéologique du site concerné par les travaux est alors évalué au moyen de  sondages, généralement sous forme de tranchées creusées de manière à identifier d’éventuels vestiges ainsi que leur étendue. Les résultats de ces sondages, s’ils s’avèrent positifs, permettent aux services de l’Etat de décider de l’opportunité d’une fouille.

Le chantier du CNM : une opportunité pour le patrimoine archéologique régional

Comme tout chantier majeur, le Contournement de Nîmes et de Montpellier représente une grande opportunité pour la connaissance du patrimoine archéologique, dans une région où les sols renferment de nombreux vestiges du passé.

 

A la suite des prescriptions de la DRAC Languedoc-Roussillon (Service régional de l’archéologie), l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) a été chargé de la réalisation de ces diagnostics depuis l'été 2009.

Depuis la fin de l’année 2012, 95% des 750 hectares du tracé de la ligne ont été explorés par les archéologues.

L'avancement des fouilles

Certains de ces diagnostics ont été suivis de fouilles archéologiques, suivant les préconisations des services de l’Etat. Au total, une quinzaine de sites portant des traces d’occupation depuis la Préhistoire jusqu’au Moyen Age donnent lieu à des fouilles tout le long de l’emprise du Contournement de Nîmes et Montpellier. Ces fouilles, réalisées par l’INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) pour le compte et à la charge d’Oc’Via, ont démarré fin octobre 2012 à Aimargues (Gard).

 

Retrouvez les fouilles importantes du projet :

 

Téléchargez la carte des fouilles archéologiques préventives

Le cadre législatif
L’archéologie préventive est définie à l’article L.521-1 du Code du patrimoine : « L'archéologie préventive, qui relève de missions de service public, est partie intégrante de l'archéologie. Elle est régie par les principes applicables à toute recherche scientifique. Elle a pour objet d'assurer, à terre et sous les eaux, dans les délais appropriés, la détection, la conservation ou la sauvegarde par l'étude scientifique des éléments du patrimoine archéologique affectés ou susceptibles d'être affectés par les travaux, publics ou privés.

Galerie photo

  • Chantier archéologique Aimargues
  • Chantier archéologique Aimargues
  • Chantier archéologique Aimargues
  • Chantier archéologique Aimargues
  • Chantier archéologique Aimargues
  • Chantier archéologique de la Cavalade
  • Chantier archéologique au Mas de Vouland
  • Chantier archéologique de Mudaison/Saint-Brès
  • Chantier archéologique de Mudaison/Saint-Brès
  • Chantier archéologique de Mudaison/Saint-Brès
  • Chantier archéologique de Mauguio
  • Chantier archéologique de Mauguio
  • Chantier archéologique de Vergèze
  • Chantier archéologique de Vergèze
  • Chantier archéologique de Vergèze